sevrage somnifère [Noctamide]

Échanges et réflexions concernant vos éventuelles expériences médicales (médecins, médicaments, psychothérapies)

Modérateur : Médiateurs

Répondre
Avatar du membre
Mélancolie
fondatrice du forum
Messages : 7449
Enregistré le : mer. 6 avr. 2011 16:14
Localisation : Breizh

sevrage somnifère [Noctamide]

Message par Mélancolie » mer. 22 nov. 2017 20:39

Depuis 8 jours, je suis en sevrage d'hypnotiques (Noctamide).
ça se passe assez mal. Je mets entre 1h et 3h pour m'endormir chaque soir. Pourtant, j'attends d'avoir baillé pour y aller, parce que je sais que sinon je n'ai aucune foutue chance de m'endormir. Donc ce n'est jamais avant 1h du matin que je vais, la peur au ventre, dans mon lit. Et à chaque fois, je sais que ce sera l'éternel combat. Le combat contre moi-même, contre mes peurs et mes angoisses, contre mes pensées qui tournent et tournent dans ma tête... Chaque soir c'est la même histoire. Et plus je vis cette histoire, plus j'angoisse à l'idée d'aller me coucher, et moins j'arrive à m'endormir.

Foutu cercle vicieux.

Ironie du sort, c'est moi qui ai dis à ma psy que j'avais peur de l'accoutumance dû au Noctamide. Ce médoc marche assez bien sur moi, et pour cause, il contient du benzo. Ce qui ne fait d'ailleurs que renforcer la théorie comme quoi ce sont bien mes angoisses qui créent mes insomnies.
Comme ça fait quelques mois que j'en prennais, et que je ne voulais pas perdre ses effets ; qui, si ils ne sont pas magiques, réduisent quand même la durée de l'endormissement ; j'ai préféré prendre les devants et lui en parler pour éviter de perdre, pour un temps encore plus long, un passeport vers le sommeil.
Et franchement, je ne sais pas si bien ou mal m'en a pris ! :shock:

Bref, je voudrais savoir si quelqu'un ici à déjà été sevré-e d'un somnifère. Si oui, comment cela s'est-il passé ? Quelle molécule était-ce ? Combien de temps avant d'éliminer l'effet d'accoutumance et pouvoir en reprendre pour, enfin, s'endormir sans attendre des plombes ?

Un grand merci pour toute réponse.

[edit] : j'ai oublié de précisé qu'à la place je prends du Théralène en gouttes. J'avais commencé à 5, mais j'ai progressivement augmenté à 8 parce que, tous les soirs, j'ai tellement peur d'être allongée dans mon lit durant des heures que j'essaie de prendre les devants. Sauf que ça ne marche pas aussi bien que je l'escomptais.
Image

Chaque personne qu'on s'autorise à aimer est quelqu'un qu'on prend le risque de perdre.
Meredith, Grey's Anatomy - 5x18
Avatar du membre
Meth en psychose
fondateur du forum
Messages : 3920
Enregistré le : mer. 6 avr. 2011 15:55
Contact :

Re: sevrage somnifère [Noctamide]

Message par Meth en psychose » jeu. 23 nov. 2017 16:35

De ce que je lis ça et là sur le net (+ ce que Lola m'en dit), le théralène a aussi un effet d'accoutumance assez agressif pour le coup, en plus d'un effet shootant (trouvé des comparaisons avec le lithium, certes à 40-50gouttes mais quand même), ce qui, te concernant, me semble potentiellement contre-productif, vu ton côté control-freak. 'fin je sais pas, mais être shooté pour garder le contrôle ça me semble le cocktail qui cogne encore plus.
je me demande si ça n'a pas le risque de te faire encore plus angoisser pour le coup, ce qui induirait un cercle vicieux avec le théralène et une accoutumance potentiellement plus dangereuse.
Aimer, ce n'est pas dire "Je te fais confiance, je sais que tu ne me feras jamais mal" mais "Je préfère avoir mal de ta part que de celle d'un(e) autre"

Demain est un cercueil, hier un vomissement d'entrailles.
Aujourd'hui, c'est soi.
Avatar du membre
Implo
Messages : 507
Enregistré le : ven. 6 mai 2016 16:44
Sexe : Femme

Re: sevrage somnifère [Noctamide]

Message par Implo » sam. 2 déc. 2017 13:49

j'ai jamais eu de soucis de sevrage avec les somni
mais je suis en accord avec meth

prends soin de toi comme tu peux
Répondre