TABARNAK D'ESTI DE CRISS

Problèmes divers n'allant pas dans les autres sections

Modérateur : Médiateurs

Répondre
Avatar du membre
Amande
Messages : 2372
Enregistré le : mar. 4 oct. 2011 19:48
Sexe : Femme
Localisation : Entre deux mondes
Contact :

TABARNAK D'ESTI DE CRISS

Message par Amande » ven. 3 avr. 2015 01:26

Je suis en criss...

En criss après mon boss qui a gardé un résident comme ça pcq qu'il nous devait 60$.
En criss parce que je suis "nouvelle" à job pi qui m'a juste demandé si ça allait, entre deux portes.
En criss après moi de faire un SSPT à cause de l'autre connard de résident.
En criss parce que j'ai l'impression que mes 10 ans de thérapie n'ont servi à rien.
En criss parce que mon boss me dit que si je prends mon 2 semaines d'arrêt maladie donné par le doc, comme je suis nouvelle, y a de grosses chances qu'on me foute dehors.
En criss parce qu'il me sort que ce n'est pas traumatisant comme évènement et que selon mes anciens employeurs je sais gérer les crises.
En criss parce que il est jamais sur le plancher et ne travail jamais de nuit, seul avec les gars.
En criss parce qu'il a jamais eu à gérer une situation de crise.
En criss parce qu'après un mois sans clope j'en ai refumé ne sachant pas comment gérer.
En criss parce qu'après avoir invalidé mes ressentis et mes émotions, il m'annonce fièrement qu'on va avoir notre premier résident du fédéral (donc cas beaucoup plus lourd).
En criss parce que j'en ai marre de longer les murs, de le voir partout, de sursauter, de ne plus pouvoir être touchée sans me sentir agressée.

Chu en TABARNAK et j'ai envie de tout casser et de tout envoyer chier. Mais c'est pas légitime ça a d'l'air. Alors ouais je vais rentrer au boulot demain soir. Pi samedi pour 12h. Pi la semaine prochaine. Sans suivi. Même si je recontacte ma psychiatre et que mon dossier est en cours avec l'organisme qui vient en aide aux victimes d'actes criminels.

:censure: :censure: :censure:
J'étais une actrice muette, un corps. J'appartenais aux rêves, à ceux que l'on ne peut briser.
Avatar du membre
Layla
Messages : 333
Enregistré le : jeu. 22 mai 2014 20:37
Sexe : Femme
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: TABARNAK D'ESTI DE CRISS

Message par Layla » lun. 6 avr. 2015 21:12

Il s'est passé quoi avec ce résident ? C'est quoi cette histoire d'acte criminel ?
Désolée si je tombe comme un cheveu sur la soupe, j'ai pas l'impression que tu aies déjà raconté mais peut être que j'ai loupé (auquel cas redirige moi).

Parce que bon, si tu peux pas en parler avec ta psy de suite, tu peux peut être nous en parler à nous. En tout cas, je pense être bien placée pour te dire que quelle que soit la cause, un stress post traumatique n'est jamais anodin.
"Les folies qu'un homme regrette le plus dans sa vie, sont celles qu'il n'a pas commises quand il en avait l'occasion.”

royal-fuck-deluxe.tumblr.com
Une œuvre d'art n'est jamais immorale. L’obscénité commence où l'art finit.
Avatar du membre
Amande
Messages : 2372
Enregistré le : mar. 4 oct. 2011 19:48
Sexe : Femme
Localisation : Entre deux mondes
Contact :

Re: TABARNAK D'ESTI DE CRISS

Message par Amande » mer. 8 avr. 2015 02:05

Je bosse dans un centre de réinsertion avec des détenus en liberté conditionnelle ou en probation. Du coup, dès qu'ils font un truc de travers, ils repassent devant la justice ou sont de nouveau incarcéré car venir dans notre centre de thérapie est un privilège vu qu'ils sont exemptés d'une partie de leur temps en taule. Du coup, comme il y a eu menaces et menaces de mort à mon égard et à l'égard de d'autres, ça brise une des conditions de liberté conditionnelle du mec (à savoir garder la paix, ils ont pas grand marge de manoeuvre, même s'ils sont pas en détention, tout est cadenassé, on fait des fouilles, etc.) et je suis la victime. D'acte criminel comme le mec est un judiciarisé.

J'espère que c'est plus clair...

En gros, le mec a menacé de me frappé assez pour se faire sortir à genoux par les flics. Et a menacé de tuer des gens quand il serait dehors. Du coup, j'ai appelé les flics qui m'ont fait porté plainte sinon ils pouvaient pas le ramasser. J'ai parfaitement gérer le truc comme d'ab. Mais après bonjour la chute. Réaction de mon boss: c'est quasi de la routine, c'est pas comme s'il t'avais frappée ou violée...



Petite anecdote: 3 jours après, je m'amuse sur google. Je tape : Comment
Google me propose: comment tuer son boss en 1e et 2e choix... karmaaaaaaaaa
J'étais une actrice muette, un corps. J'appartenais aux rêves, à ceux que l'on ne peut briser.
Avatar du membre
Layla
Messages : 333
Enregistré le : jeu. 22 mai 2014 20:37
Sexe : Femme
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: TABARNAK D'ESTI DE CRISS

Message par Layla » mer. 8 avr. 2015 19:23

Ok, je comprends mieux le contexte.

J'ai envie de te dire que dans le milieu social / médical / médico-social, on vit un peu tous la même chose. Malheureusement, dans pas mal de structures, les patients / résidents / [insérer ici l'appellation désirée] agressent régulièrement le personnel, de façon verbale ou physique. Et malheureusement, on n'a pas vraiment le droit de s'en plaindre, sauf si ça dépasse un certain seuil de "gravité".

Lors de mon premier stage, je me faisais frapper / griffer / insulter / hurler dessus tous les jours par une résidente de l'EHPAD (maison de retraite) dans lequel je bossais. Et c'était normal. Elle est démente, donc j'ai qu'à prendre sur moi. Point. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres, en l'espace de deux ans dans le secourisme et au bout d'environ 3 mois de stage en structure, je ne compte plus le nombre de fois où j'ai été agressée, insultée, rabaissée, frappée.

Sauf que, même si la réalité du métier amène à côtoyer des personnes ayant recours à la violence ou l'agressivité, et même si on doit garder une posture un minimum professionnelle, bah c'est normal et humain d'avoir du mal à le gérer. C'est hyper violent, comme truc.

Personnellement, quand j'ai commencé le secourisme, j'étais un peu idéaliste. Je n'envisageais pas qu'alors que j'essayais d'aider, la personne pouvait se retourner contre moi et m'agresser. Alors quand sur un poste, alors que je prenais les constantes d'un mec ayant un peu trop bu et s'étant blessé, celui-ci a soudainement voulu me frapper, j'ai été hyper mal, et en a découlé une longue remise en question de ce que j'étais en train de choisir comme voie. Il ne m'avait pas effectivement frappée parce que mon coéquipier a réagi très vite, mais le geste, l'intention était là.

Et oui, c'est normal que ça choque, que ça fasse mal, qu'on ai peur ensuite. Les équipes ne réalisent plus forcément parce qu'au bout d'un moment, ça devient la routine (et ça me dépite de le dire). Mais garde à l'esprit que peu importe ce qu'on te dit, peu importe que ton boss minimise, c'est grave, et tu as le droit de ne pas gérer.

Oui, ça aurait pu être pire. Mais ça n'empêche pas que c'était déjà bien assez comme ça. N'hésite pas à en parler, ce n'est pas anodin comme expérience.
"Les folies qu'un homme regrette le plus dans sa vie, sont celles qu'il n'a pas commises quand il en avait l'occasion.”

royal-fuck-deluxe.tumblr.com
Une œuvre d'art n'est jamais immorale. L’obscénité commence où l'art finit.
Avatar du membre
Amande
Messages : 2372
Enregistré le : mar. 4 oct. 2011 19:48
Sexe : Femme
Localisation : Entre deux mondes
Contact :

Re: TABARNAK D'ESTI DE CRISS

Message par Amande » sam. 11 avr. 2015 03:01

Merci de tes mots. Sincèrement jme sens moins seule. Je sais pertinemment que se sont des risques présents vu ma clientèle. Mais le boss lui, il fait un boulot administratif majoritairement et même s'il bosse dans un bureau à côté du notre, il est pas là le plus souvent quand qqc se produit. Puis c'est un homme. Et le boss donc les gars font plus gaffe avec lui. Mais bon, mes collègues me soutenaient sur ce coup-là donc ça allait d'un sens.

Pour l'instant c'est derrière moi. Pourde vrai ou tiroir caché je sais toujours pas. Wait and see comme on dit
J'étais une actrice muette, un corps. J'appartenais aux rêves, à ceux que l'on ne peut briser.
Répondre