Le choix d'une vie

Problèmes divers n'allant pas dans les autres sections

Modérateur : Médiateurs

Avatar du membre
Amande
Messages : 2372
Enregistré le : mar. 4 oct. 2011 19:48
Sexe : Femme
Localisation : Entre deux mondes
Contact :

Re: Le choix d'une vie

Message par Amande » dim. 24 mai 2015 05:06

Oubli de ma part ou pas mentionné (?) mais tu parlais pas de la crimino ou victimo ou neuro à une époque comme choix de carrière??
J'étais une actrice muette, un corps. J'appartenais aux rêves, à ceux que l'on ne peut briser.
Avatar du membre
Mélancolie
fondatrice du forum
Messages : 7446
Enregistré le : mer. 6 avr. 2011 16:14
Localisation : Breizh

Re: Le choix d'une vie

Message par Mélancolie » dim. 24 mai 2015 12:09

Exact, je parlais de la Victimo au tout début de mes études. J'avais dans l'idée d'aider les femmes victimes de viol. Mais même si j'ai bien aimé mes cours de Crimino et encore plus mes cours de Victimo, je ne me vois pas me spécialiser dans cette branche. Surtout que c'est LA spécialité où il y a le plus de postulants pour le moins de places. Statistiquement (je me suis procurée les chiffres, non publiés) il y a environ 23 % de chances d'être admis avec un ratio de 104 candidats pour 24 places. Pour comparaison, en psycho du travail parcours Ingénierie Psychosociale et Cognitive (toujours à Rennes 2) c'est 65 % avec un ratio de 38 candidats pour 25 places. Je ne suis pas assez passionnée par la Victimo (minoritaire par rapport à la Crimino dans le programme en plus) pour me battre avec cette rude concurrence. Il faut vraiment avoir un bon dossier et un projet professionnel précis et cohérent pour cette branche, et je n'ai ni l'un ni l'autre.

Concernant la Neuro, je suis toujours passionnée par ce domaine, mais je n'ai pas de notes significatives pour prétendre en faire ma spécialité. Et puis le métier de neuropsychologue ne m'intéresse pas spécialement, je n'aime pas trop l'idée de faire passer des tests cognitifs, or c'est ce que fait la majorité du temps un neuropsy. J'adore la matière, les connaissances, mais je me suis rendue compte que c'est plus pour mon enrichissement personnel que pour y faire carrière. D'autant plus qu'il n y a pas de Master Neurosciences cognitives à Rennes 2. Y a bien un Master Neuroéthologie Comportementale à Rennes 1, mais ça n'est plus dans la branche psychologie et n'ouvre pas vers le titre de psychologue. Là il aurait fallu que je parte dans une autre fac dès l'année prochaine. Et impossible pour plusieurs raisons (financier, niveau, fac d'origine peu reconnue comme ayant un programme de Neuro élaboré par rapport à d'autres, etc...).

Voilà, je ne sais pas si j'ai très bien expliqué mes motivations. Je me doute que parler de Psycho du Travail semble sortit de nulle part ici, pourtant c'est le fruit d'une longue réflexion que je n'ai pas partagé au fur et à mesure sur Vital. Quant à la Psycho de la Santé, j'en parle depuis plus d'un an. J'avais choisis cette spécialité pour ma L3 mais l'enseignement a été fermé au bout de 4 cours parce qu'il n y avait pas assez d'étudiants inscrits. J'avais dû choisir une autre spé par défaut (la crimino-victimo). J'avais été très déçue et en avait parlé sur le forum, je m'en souviens.
Et puis la psycho du travail et la psycho de la santé ne sont pas deux domaines radicalement éloignés. Il y a des liens qui peuvent se faire et ce non-cloisonnement est vraiment intéressant, tant sur un plan théorique et personnel que pratique et stratégique.

Voilà, dis-moi si besoin d'autres éclaircissements. ;)
Image

Chaque personne qu'on s'autorise à aimer est quelqu'un qu'on prend le risque de perdre.
Meredith, Grey's Anatomy - 5x18
Répondre